benin flag large  

  Côte d'Ivoire

Image

Apprenez-en davantage sur notre travail pour améliorer le temps et le coût des échanges commerciaux le long du corridor Abidjan-Ouagadougou.

NOUVELLES ET ÉVÉNEMENTS

Le FEAO apporte son appui à des réformes douanières plus rapides et plus performantes en Côte d'Ivoire

Novembre 2020

the 3 women of the meeting

Après une mission diagnostic de gestion des risques menée avec succès en Mars, le Programme FEAO s'est en outre engagé à soutenir les réformes à plusieurs niveaux des Douanes Ivoiriennes. En effet, le Programme aidera le pays à mettre en œuvre une analyse des risques anticipée des manifestes maritimes et aériens tout en renforçant le processus d'évaluation en douane.

À propos de l'analyse de risque anticipée des manifestes maritimes et aériens:

En Côte d'Ivoire, l'analyse de risque ne s'applique actuellement qu'au moment du dédouanement des marchandises, sur la base d'éléments de la comptabilité douanière. Les bonnes pratiques internationales sont un exemple de l'intérêt d'appliquer une analyse de risque basée sur les éléments des manifestes et des connaissements maritimes ou aériens, ce qui améliore la détection des fraudes, des trafics et des infractions. Aujourd'hui, les Douanes Ivoiriennes ont la volonté d'étendre aux manifestes leur approche des contrôles basée sur l'analyse de risque. Le Programme FEAO apportera son soutien à la diffusion d'informations et à la formation dans ce domaine tout en encourageant l'élaboration de la méthodologie, des processus et des procédures nécessaires à la mise en œuvre au niveau opérationnel.

À propos du processus d'évaluation de la valeur en douane:

À la suite du diagnostic de l'Organisation Mondiale des Douanes en 2018, le Programme FEAO procédera à la mise à jour de l'évaluation du processus et des procédures de détermination de la valeur. Le soutien du FEAO permettra la réaffectation des ressources humaines pour le traitement plus approfondi des cas les plus complexes. Le programme renforcera également les capacités de la DARRV en matière d'évaluation de la valeur en douane, notamment par l'amélioration des capacités de formation au niveau matériel et logistique. La mise en œuvre permettra également de passer d'une culture de contrôles fastidieux de l'administration douanière à une culture de service, qui est désormais caractéristique d'une douane moderne, flexible et efficace. Il s'agit d'une étape essentielle dans la gestion du changement pour un organe douanier qui vise stratégiquement à promouvoir la facilitation des échanges en tant que facteur essentiel du développement économique dans un monde globalisé.

La Côte d'Ivoire s'engage à intégrer la dimension de genre par la mise en place d'un Groupe de Travail sur le Commerce et le Genre

Septembre 2020

Woman leaning on a bus

Le Programme FEAO a collaboré avec le Secrétariat du Comité National de Facilitation des Echanges (CNFE) de Côte d'Ivoire pour créer un Groupe de Travail sur le Commerce et le Genre, qui s'est réuni pour la première fois en Septembre. Le groupe de travail est composé de 12 membres, dont des représentants du Ministère du Commerce, des Douanes, de la Chambre de Commerce, de Borderless Alliance, de deux organes consultatifs du secteur industriel et de trois associations industrielles. Vingt-cinq pour cent de ces représentants sont des femmes. Cette approche a été peu formalisée, car la création du groupe de travail n'a nécessité que l'approbation verbale du Président du CNFE, obtenue rétroactivement lors de l'Assemblée Générale du CNFE qui a suivi. Bien que le Ministère en charge du Genre ait été invité à rejoindre le groupe de travail, un représentant n'a pas encore été nommé.

La réunion inaugurale du groupe de travail a été consacrée à la sensibilisation des membres au rapport entre le commerce et le genre, aux résultats des études du FEAO sur le genre et le commerce transfrontalier à petite échelle, et à la planification de la présentation officielle de ces études au CNFE élargi. La réunion suivante se concentrera sur la définition des objectifs pour 2021 et la collecte de données commerciales pertinentes afin d'établir le bien-fondé de l'inclusion des questions de genre. En 2021, le groupe de travail étudiera la possibilité d'intégrer les "cellules genre" récemment réactivées dans les Ministères du Commerce et des Transports, d'identifier des champions du genre, et de soutenir le Programme de renforcement des capacités en matière de genre du FEAO, notamment par des ateliers (si la pandémie le permet).

La collaboration entre les douanes et SITARAIL soutient l'informatisation des douanes ferroviaires

Septembre 2020

the 3 women of the meeting

Une réunion technique s'est tenue le 15 septembre avec les douanes ivoiriennes et burkinabé, SITARAIL, la CEDEAO, l'OMD et la Banque mondiale pour présenter la collaboration entre la CNUCED, la douane du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire et SITARAIL pour l'informatisation du processus douanier ferroviaire ainsi que l'échange de données informatiques.  SITARAIL a réalisé les développements informatiques nécessaires pour intégrer dans son système la gestion des échanges de données avec le système douanier SYDONIA et a pu présenter les différentes fenêtres ouvertes sous SYDONIA pour le traitement des données spécifiques au rail.

La CNUCED a également demandé aux douanes des deux pays de fournir un environnement de test pour mettre en œuvre la solution informatique d'échange de données dans le système SYDONIA et de vérifier la bonne fonctionnalité de ce nouveau développement et des échanges de données avec SITARAIL. L'intégration de ce nouveau module pourra ensuite se faire dans l'environnement de chaque pays pour être testé et validé avant le lancement du calendrier de la phase pilote avant la fin de l'année.

SIGMAT pic

Une autre réunion a eu lieu le 24 septembre avec les douanes du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire, la Banque Mondiale et l'OMD pour finaliser et valider les deux textes juridiques " Circulaire conjointe " et l’«  instruction  cadre relative à l’extension du système interconnecte de gestion des marchandises en transit (SIGMAT) au transit international par fer entre les administrations des douanes de la république de Cote d’ Ivoire et du Burkina-Faso «      qui permettront légalement aux deux pays d'échanger des données douanières. Ces textes seront signés par les DG Douanes lors de la cérémonie de lancement du projet pilote qui devrait être organisée d'ici la fin de l'année.

Un Atelier du Programme FEAO cible les principaux acteurs de Côte d’Ivoire

Mars 2020

IMG 1510Le Programme FEAO a organisé un atelier à Yamoussoukro les 12 et 13 mars derniers, réunissant des membres du Comité National de Facilitation des Echanges (CNFE), le gouvernement Ivoirien, des associations professionnelles et le secteur privé. Les deux jours d’atelier visaient à: i) élaborer des fichesprojet pour les mesures sélectionnées de la catégorie C; et ii) identifier et formuler des projets qui pourraient bénéficier d’une assistance technique et d’un soutien au renforcement des capacités liés à la mise en œuvre de l’Accord sur la Facilitation des Echanges (AFE) de l’Organisation Mondiale du Commerce.

L’atelier comprenait des présentations d’experts de la Banque mondiale et du Secrétariat du CNFE, qui ont abordé le Programme FEAO, l’état d’avancement la mise en œuvre nationale de l’AFE, les mesures de la Catégorie C de la Côte d’Ivoire et du Portail d’Information Commerciale (PWIC), le guichet unique d’informations pour le commerce. Au cours de ces sessions, le Secrétariat du CNFE a indiqué que plusieurs réalisations avaient été enregistrées depuis la création du CNFE en 2015. Cela dit, la Côte d’Ivoire a encore besoin d’une assistance renforcée pour mettre en œuvre les mesures de catégorie C.

Cet atelier représente une étape importante dans la facilitation des échanges entre la Côte d’Ivoire et les autres pays, tout en maximisant les avantages résultant de l’AFE. Au terme de ces deux jours de réunion, l’atelier a permis aux membres du CNFE de trouver des méthodologies appropriées pour élaborer des fiches-projet d’assistance technique. L’atelier a également permis d’identifier le type d’assistance technique nécessaire en ce qui concerne les mesures de catégorie C. En outre, l’équipe du Programme FEAO a contribué à la rédaction des fiches- projet concernant les articles 1, 6 et 8.

Outre ces résultats, plusieurs recommandations ont émergé de l’atelier. L’équipe du programme a décrit les prochaines étapes à suivre, notamment l’élaboration d’un plan stratégique à soumettre au Programme FEAO. En fournissant un soutien permanent aux acteurs en Côte d’Ivoire, le Programme FEAO contribuera à renforcer la sensibilisation, à évaluer le CNFE et à mettre en place le secrétariat technique pour faciliter la coordination.

Les Missions en Côte d’Ivoire mettent l’accent sur la Gestion des Risques Douaniers et les Systèmes Sanitaires et Phytosanitaires

Février 2020

EQ0A8645EQ0A8688L’équipe du Programme FEAO a effectué deux missions en Côte d’Ivoire du 17 au 27 février. La première mission visait à évaluer le système Ivoirien de gestion des risques douaniers. La seconde mission, qui s’est déroulée simultanément, s’est efforcée d’évaluer le système sanitaire et phytosanitaire aux frontières de la Côte d’Ivoire, notamment aux aéroports et aux frontières terrestres.

En mettant l’accent sur la gestion des risques douaniers, l’équipe a rencontré plusieurs directeurs des douanes, visité le bureau de douane de l’aéroport, le bureau de douane du port et le poste frontière de Noé (entre Noé, Côte d’Ivoire et Elubo, Ghana). Ces rencontres visaient à évaluer les pratiques actuelles de gestion des risques douaniers, notamment l’utilisation du système de classification des Opérateurs Economiques Agréés (OEA). En identifiant, analysant, évaluant et traitant les risques, la douane peut améliorer considérablement ses performances.

Compte tenu des résultats de la mission, l’équipe a réalisé que le système actuel de gestion des risques est opérationnel, mais doit être renforcé. De plus, il est apparu que les douanes ne comprenaient pas pleinement le concept de l’OEA, ce qui indique la nécessité de formations supplémentaires. Le comité des réformes douanières a approuvé les conclusions de l’équipe du Programme FEAO et, l’étape suivante consistera, pour l’équipe, à élaborer un plan d’action visant à renforcer et à améliorer le système de gestion des risques douaniers.

Pour faire progresser les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS), le Programme FEAO a également rencontré les principaux Ministères, laboratoires et organismes de contrôle sanitaire et phytosanitaire Ivoiriens. Suite à cette mission, les parties prenantes ont convenu de recevoir un soutien du Programme FEAO, principalement autour de la classification des risques et des normes sanitaires et phytosanitaires. À cette fin, un plan d’action sera mis en place avec des experts et des acteurs impliqués, notamment les douanes.

À la suite des deux missions, l’équipe du Programme FEAO prévoit d’organiser un atelier visant à présenter les résultats des recherches aux principaux acteurs, favorisant ainsi la poursuite d’un dialogue approfondi. Sur la base des commentaires des intervenants, l’équipe apportera son aide pour la préparation de plans d’action efficaces. Il est important de noter que les deux plans d’action seront synchronisés, améliorant ainsi la facilitation des échanges à l’intérieur du pays. Le Programme FEAO a également souligné l’importance d’inclure le Burkina Faso dans le plan d’action afin de créer un impact tout le long du corridor.

La Réunion d’Interconnexion Douanière en matière Ferroviaire Fait Progresser les Objectifs du Programme FEAO

Janvier 2020

the 3 women of the meetingDu 13 au 17 janvier, le Programme FEAO a accueilli à Abidjan une réunion sur l’interconnexion douanière ferroviaire. À la suite d’une précédente réunion d’interconnexion douanière ferroviaire en octobre 2019, l’atelier s’est concentré sur le suivi, l’évaluation et l’extension de la solution SIGMAT au transport ferroviaire entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Au total, 35 participants ont assisté à la réunion, notamment des représentants des bureaux de douane Burkinabé et Ivoirien, du réseau ferroviaire SITARAIL, de l’Organisation Mondiale des Douanes, de la CNUCED, de la Banque Africaine de Développement, de la Banque mondiale et de la Communauté Portuaire d’Abidjan. La réunion visait à établir des procédures de planification de la mise en œuvre du SIGMAT ferroviaire mais également des évaluations de l’interconnexion routière - afin de résoudre les problèmes rencontrés par les deux administrations concernant le processus d’interconnexion actuel. Le groupe a également privilégié la conclusion d’un accord sur les spécifications techniques ferroviaires. En outre, les participants se sont efforcés de finaliser la circulaire commune, qui fournit des instructionscadres pour l’application du SIGMAT au transit ferroviaire international entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Au cours de la réunion, le groupe a finalisé la circulaire commune, qui présente le concept ferroviaire relatif à l’interconnexion. Il est important de noter que la réunion a permis de discuter et de convenir des spécifications techniques pour les processus ferroviaires. Comme la solution SIGMAT pour la planification de la mise en œuvre ferroviaire a été approuvée, un lancement pilote sera prévu dans une prochaine étape.

La Réunion de Mise en Oeuvre de SIGMAT fait Progresser l’Echange de Données au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire

Janvier 2020

photo meetingDu 6 au 10 janvier, le Programme FEAO a organisé une réunion technique d’interconnexion douanière avec les acteurs concernés, axée sur le corridor AbidjanOuagadougou, l’un des six axes commerciaux prioritaires du programme. Suite à la réunion d’octobre dernier à Ouagadougou sur l’interconnexion douanière ferroviaire, la société ferroviaire du Groupe Bolloré, SITARAIL, a financé et organisé cette réunion technique. Tenue au centre de formation de SITARAIL à Abidjan, cette réunion visait à définir une architecture d’échange de données entre le réseau ferroviaire SITARAIL et le système SIGMAT utilisé par les administrations douanières du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire.

Vingt intervenants ont participé à la réunion, dont le service informatique de SITARAIL, des transitaires, une équipe de deux informaticiens des douanes du Burkina Faso et l’équipe informatique Ivoirienne. À l’issue de cette réunion, les acteurs ont amélioré leur compréhension des procédures ferroviaires mais ont également pris connaissance des spécifications techniques qui leur permettront de développer des interfaces avec SITARAIL, SIGMAT et les deux autorités douanières.

Les administrations douanières régionales jouent un rôle important dans la facilitation des échanges, en créant des structures de base nécessaires à l’avancée du Programme FEAO. Cette réunion a jeté les bases pour que le programme continue à faire avancer sa mission et ses objectifs dans la région.

Le Programme FEAO contribue à l’efficacité du PWIC et du GUCE en Côte d’Ivoire

Janvier 2020

Untitled 1Le Programme FEAO a organisé une mission d’évaluation du Portail Web d’Information Commerciale (PWIC) et du Guichet Unique pour le Commerce Extérieur (GUCE), en Côte d’Ivoire du 13 au 23 janvier. À la demande du Comité National de Facilitation des Echanges (CNFE), par l’intermédiaire du Ministère du Commerce et de l’Industrie, la mission visait à analyser comment le Programme FEAO pouvait améliorer l’efficacité de ces deux outils.

Le PWIC a été créé par le Ministère du Commerce, avec le soutien de la Société Financière Internationale. En renforçant ce site internet, le Programme FEAO souhaite faciliter la diffusion de supports conviviaux, fournir une source d’informations exhaustive sur les importations, les exportations et le transit. Il est important de noter que ce site internet contient également des informations sur l’ensemble des réglementations, procédures et exigences pour le commerce en Côte d’Ivoire - un autre élément essentiel pour faciliter le commerce dans le pays. Le PWIC a la capacité de servir d’outil de référence permettant au secteur privé d’économiser du temps et de l’argent, soulignant ainsi son importance pour le commerce Ivoirien et le Programme FEAO.

Lancé en juillet 2013, le GUCE a été conçu pour fournir, à toute personne souhaitant faire du commerce à destination ou en provenance de la Côte d’Ivoire, des procédures claires et une assistance appropriée pour mener à bien ses activités en ligne. Le GUCE vise plus précisément à faciliter l’importation et l’exportation de marchandises grâce à un point d’entrée unique simple, rapide et efficace pour l’échange d’informations électroniques entre les organismes de réglementation et les acteurs commerciaux. Le Programme FEAO espère qu’avec le soutien du GUCE, toutes les informations relatives au commerce extérieur seront progressivement regroupées sur un portail transactionnel unique.

Pour les opérateurs économiques, tels que les commerçants, ces innovations permettent des délais de dédouanement plus rapides, un processus plus transparent et fiable et moins de bureaucratie. Pour l’économie nationale dans son ensemble, le PWIC et le GUCE favorisent une meilleure transparence, une meilleure gouvernance et une réduction de la corruption, en raison du peu d’interactions physiques. Dans cette optique, le Programme FEAO a partagé un projet de rapport avec le CNFE et d’autres parties prenantes et l’étape suivante consistera à ce que le programme organise un atelier pour encourager un dialogue entre les acteurs pour l’élaboration d’un plan d’action – et favoriser de nouvelles améliorations sur les deux plateformes.Untitled